252. [Congo]

[HENRY, Josué

Journal.

[C. 1930-1950 ?]

3 cahiers in-12° : 1/149-[1], 150/279-[1], 280/384-[1] pp. (coupures de journaux - parfois abîmées - in fine du v. 3).

Toile écrue, tr. rouges.

Copie c. 1930-1950 (date établie d'après la typologie des cahiers), sans quasi sans rature et d'une seule main, dictée ou recopiant un texte (inédit ?) ou des notes, ainsi que semblent le montrer deux mentions : "Le chapitre XX [...] n'a pas été écrit par le général chevalier Henry de la Lindi [...] (p. 315) et "Ici le général Henry de la Lindi reprend la plume" (p. 316). Henry (1869-1957), dit Henry de la Lindi, s'engagea tôt dans la carrière militaire et partit en 1892 au Congo pour servir dans la Force publique, dont le but initial était de défendre le territoire et de lutter contre les trafics d'esclaves et d'ivoire par les marchands arabo-africains en Afrique centrale. Ces cahiers contiennent la relation très détaillée du voyage d'Henry (Anvers, Boma, Matadi, routes caravanières, Léopoldville, fleuve Uele), de son empathie pour les natifs abusés par des malfrats et chefs locaux avides d'argent et d'alcool, de sa mission et ses combats (avec quelques anecdotes comme le cadeau de la population locale d'un cadavre humain rôti, "le plus beau et le plus gras" (p. 78bis) en échange de l'aide apportée, avec le général Fivé, contre des attaques arabes). S'il défend la Force publique ("C'est sous le signe de la solidarité humaine qu'il [Léopold II] se fit le champion de la race noire traquée et soumise à une lente extermination [...]. Et si le mot intérêt est indiqué comme un des mobiles de son action, on ne peut d'aucune manière le traduire dans le sens de profit personnel. C'est de l'intérêt de la Belgique marchant de pair avec celui des populations noires qu'il s'agit uniquement", p. 6), il est aussi conscient de ses faiblesses car composée d'un "millier d'hommes recrutés par petits groupes dans les colonies négroïdes principalement à Monravia, Sierra Leone, Lagos, Acra, Elmina, et dans la Zanguebar y compris Zanzibar" (p. 33). Pour lui, c'est un "bâton rompu" car pêchant par manque de moyens, d'hommes formés et menacée par les Anglais menaçant d'interdire "tout recrutement de soldats dans les lieux précités" (p. 76bis). L'histoire de Hamed bin Mohammed (1837-1905), dit Tippo Tip, marchand zanzibarite d'ivoire et d'esclaves (p. 84), occupe les pp. 90-149 : son histoire, sa rencontre avec Stanley en 1876, son exploitation négrière des peuples de la forêt, ses rapports avec l'E.I.C. (en 1887, Tip est nommé gouverneur du district des Stanley Falls), sa déchéance [et donc la perte de son monopole de l'ivoire, repris par la Belgique]. Les relations avec Emin Pacha jusqu'à son assassinat en 1892 par les "wagwanas" (arabes et métis négriers parlant le kiswahili) et la situation de l'E.I.C. en 1893 sont aussi évoquées. S'ensuivent, pp. 150-279, le récit chronologique des batailles ou "grandes campagnes antiesclavagistes" de Lualaba, du Maniema, la lutte contre Rumaliza avec rapport des routes prises, embûches, combats, faits d'armes d'officiers, pertes d'hommes... La campagne de la Lindi de 1897 (où Henry gagnera l'ajout à son patronyme) occupe les pp. 257-314. In fine, pp. 315-360, récit des voyages d'exploration sur le Nil blanc et jusqu'à Khartoum de sept. 1899 à mai 1900. Joint, +/- 50 doc. div. dont : "Hommage au Général Josué Henry", [10] pp. in-f°. Discours prononcé en 1927 suite à un "Concours scolaire colonial".-- 6 télégrammes et 8 l.a. suite à l'annonce -erronnée- du décès d'Henry dans "L'Étoile belge" en 1930.-- Menus, programmes de fêtes, invitations, liste des passagers... suite à un voyage au Congo en 1848 sur l'Albertville, +/- 30 pièces (parfois en double).-- Invitations et programmes divers.

€ 250 / 300

Live bidding

Unable to still place a bid


Please log in to bid
create an account here .
Log in