224.

SIMENON, Georges

15 lettres ou cartes aut. (4) ou dactyl. avec sign. autogr. + 2 pcs dactyl. signées par ses secrétaires, à Cécile Vanderstraeten

Lausanne, 1975-1987

Soit 17 pcs, 1 page, sur 17 ff., formats divers, nom et adresse "Avenue des Figuiers" gravés ; qqs pcs avec perforations marginales.

Soigneusement conservées sous pochettes en plastique, dans un classeur.

Cécile Vanderstraeten née de Reuck (Gand 1925-2012) était une auteure belge. Elle prit une part active à la vie culturelle gantoise et publia sous le nom de son mari Albert Vanderstraeten (1920-2005), également gantois, plusieurs romans tant en néerlandais qu'en français. Sa première oeuvre "Porte close" (1969) remporta le Prix Découverte des "Nouveaux cahiers de la jeunesse" de Bordeaux. Elle écrivit ensuite "Student te Gent" (1971) qu'elle traduisit elle-même en français sous le titre "Étudiant : après... mai 1968", remportant pour cette traduction le Prix de la Sorbonne. Elle se livra aussi à des traductions et entretint des correspondances avec divers auteurs tels Georges Simenon, Ward Ruysling ou Willy Roggeman.
Intéressante correspondance s'échelonnant sur plus de 10 ans. Simenon (1903-1989), visiblement en confiance, répond volontiers aux questions de Cécile, s'adressant à elle comme "Chère Madame", "Chère consoeur" ou "Chère amie". La correspondance commence le 4 mars 1975 (remerciements pour des voeux et "Je ne suis au dessus de rien et j'attends encore tout de la vie") et se termine sur une lettre non datée (+ 1 p. datée 19/2/1987 signée par Joyce Aitken, sa secrétaire).
Florilège au fil du temps : "Aucun de mes romans n'est autobiographique, sauf Pedigree, bien entendu [...] je dicte presque quotidiennement de gros volumes de mémoires" (4/7/1975). - "Je ne fais que dire ce que je pense. J'avais les mêmes idées lorsque j'étais jeune et même pendant les rares années où j'ai été forcé de vivre une vie quelque peu artificielle" (20/2/1978). - "Voilà cinq ans maintenant que je me livre, comme dans "Lettre à ma Mère", à une sorte d'autopsie de moi-même [...]" (20/3/1978). - "[...] j'ai décidé de me pencher enfin sur moi-même, en m'efforçant de me comprendre aussi. L'avantage de la dictée c'est que l'on atteint tout naturellement un autre langage, plus simple, qui est en quelque sorte le langage parlé" (19/5/1978). - "Je ne suis pas croyant mais je respecte les croyants de toutes les religions" [après le suicide de sa fille Marie-Jo] (6/12/1978). - "Il n'est pas difficile d'être intarissable quand on a mon âge et qu'on égrène ses souvenirs [...]" + 1 liste de ses volumes de dictée, parus ou à paraître (19/4/1979). - "J'ai cessé de lire des romans lorsque j'ai commencé à écrire afin de ne pas être influencé" (28/9/1979). - "J'écris parce que c'est un besoin pour moi de m'exprimer [...] Le reste ne compte pas" (1980). - "Quant à la naissance d'un roman, j'ignore tout de son mécanisme car je suis tout simplement mon intuition. J'ai toujours eu des éditeurs réguliers mais, même si je n'en avais pas eu, j'aurais écrit quand même car cela répondait chez moi à un besoin impératif" (4/6/1982). - "Je craignais, comme vous, des réactions assez défavorables à mes "Mémoires intimes" Je n'ai reçu qu'une seule lettre désagréable tandis que des centaines de lettres me félicitaient pour ma franchise et m'en remerciaient" (26/8/1983). Dans une lettre non datée "Je suis obstinément, depuis mon jeune âge, pour la vérité. Des centaines de lecteurs me font leurs confidences et même me demandent conseil, après m'avoir raconté leur vie. Sans doute parce que je suis un vieil homme et qu'on s'imagine que l'âge apporte la sagesse".
Par ailleurs, il la remercie pour son livre sur les étudiants qu'il a trouvé passionnant, est envahi par des équipes de télévision, profite de son jardin et des oiseaux qu'il abrite. En mars 1980, lettre signée par Dagmar Cocman, selon laquelle l'auteur est trop occupé pour répondre personnellement à sa lettre mais qu'il l'en remercie. En mars 1983, il est condamné par son médecin à un repos absolu et doit renoncer à toutes les visites, excepté celles de ses enfants, etc.
Joint: Ensemble de découpes de journaux et de magazines concernant Simenon. Présentation idem.

€ 2.500 / 4.000

Enchérir en direct

Il est trop tard pour laisser une offre


Connectez-vous pour enchérir
Nouvel utilisateur ? Créer un compte .
Se connecter