1252. [Belgium - WWII]

Important dossier relatif à la collaboration et à la résistance.

1941-1943

Plusieurs centaines de documents, complets ou incomplets, certains probablement en double, manuscrits, dactylographiés, ronéotypés, photographiés ou photocopiés, formats et étendues divers (du minuscule papier ms. à la dactyl. de plusieurs pages).

Bonne condition générale. À classer.

Intéressant ensemble de rapports émanant de la Résistance, principalement constitués de listes nominatives de centaines de "traîtres", comportant parfois de très nombreux détails sur leur apparence physique, profession..., parents, conjoints, enfants..., voire le numéro de leur plaque minéralogique ; l'ensemble contient aussi qqs photos d'identité, certaines identifiées au verso. Le dossier concerne essentiellement le sud du pays (régions de Liège, Namur, Verviers...), mais aussi Bruxelles et dans une moindre mesure qqs villes en Flandre (Kessel-Lo, Roulers, Wilsele, Tirlemont, Tongres, Hasselt... ) et témoigne d'un patient travail de récolte de renseignements, sur des sujets parfois inattendus. Listes peu datées, parfois identifiées à l'aide de codes, lettres ou chiffres, qqs ff. portant la mention "Service Zéro" (nom d'un réseau de résistance).
Dans l'ensemble :
plusieurs longues listes dans lesquelles les hommes et femmes sont définis comme "traître", "pro-allemand", "pro-allemand-Rex", "espionne", "Gestapo", parfois marqués d'un système de croix identifiant les "très dangereux" (+), "très suspects faisant partie d'un organisme spécial" (++) ou "membres de l'A.G.R.A. (Amis du Grand Reich Allemand)" (+++). Une de ces listes est accompagnée d'un texte patriotique titré "Historique et origine du pilori" ; il appelle à la mise au pilori des traîtres qui ont "mérité plus que la mort, plus que le pilori, ils ont mérité la torture. Nous nous contenterons cependant de leur donner la mort". - Sections rexistes de Xhoris, Poulseur, Mons, Liège, Ath, Thuin, Charleroi, Soignies, Verviers, etc. (Antoine Leclercq étant désigné comme "Chef de Rex Wallonie"). - Plusieurs listes autour du S.T.O. ou de la Légion Wallonie : travailleurs du S.T.O., parfois avec nom du médecin chargé des examens médicaux, personnes de la "Werbestelle" chargées des visites dans les usines et ateliers pour l'établissement des listes d'ouvriers à déporter, personnel de l'Office du placement et du chômage à Liège,"d'opinions pro-allemandes et collaborationnistes", personnes "qui ont librement contracté un engagement de travail en Allemagne", membres de la Légion Wallonie et "prisonniers belges passés à la Légion Wallonie". - Nombreuses "listes noires", parfois très détaillées (adresses, professions, etc.), avec noms éventuellement assortis de détails tels que : "agent recruteur", - "travaille alternativement en civil et en officier allemand", - "auteur présumé des arrestations d'otages de Genval et de Rixensart fusillés", - "a livré trois soldats anglais", - "a dénoncé à l'occupant un poste émetteur clandestin", - "porte la tenue rexiste", - "porte la tenue des gardes wallonnes", - "actuellement légionnaire au front russe", - "ancien membre de la Garde Wallonne donc traître à liquider", - "Juif, dénonce et fait arrêter les autres juifs" ; ces listes qui restent parfois prudentes ("aurait", "serait") mentionnent également les établissements à éviter, ou les personnes "à tenir à l'écart" en raison de leur "légèreté, imprudences ou relations suspectes".
Qqs autres listes : "Vedettes du marché noir". - "Allemands à recommander après la guerre" ("hait férocement les Belges", - "inhumain, autant qu'un homme peut l'être", - "anti-nazi mais plus boche que les boches", - "terreur des Namurois". - "Indicateurs belges de la Gestapo", longue liste alphabétique et "Liste officielle des traîtres [Liégeois] qui vont mensuellement toucher leur traitement à la Gestapo". - Magistrats de Charleroi avec évaluation de leur patriotisme. - Établissements (cafés) sympathisant avec les Allemands et qqs listes de personnel de divers hôtels accueillant les Allemands. - SS flamands d'Ostende et environs. - "Membres du Mouvement National Populaire Wallon" ou de l'A.G.R.A. - "VNV de la région de Gand ayant dénoncé des patriotes". - Personnel de la Legia (journal liégeois créé par les Allemands). - Propriétaires de pigeons voyageurs, avec nombre de pigeons possédés et parfois une description physique desdits. - Nombreuses pièces concernant divers individus pour divers motifs (incendie des locaux de "La Libre Belgique", "Liste de personnes ayant soudoyé F. P. de la Gestapo [...] Liège pour diverses interventions", lâcher de tracts patriotiques aussitôt dénoncé....), parfois avec photo agrafée. - "Liste de 20 jeunes femmes en relation constante avec les Allemands, travaillent de toutes les manières possible" à Bruxelles, etc.
Ce dossier, bien évidemment partiel, constitue cependant un témoignage de première main sur les activités méthodiques des services de renseignement de la Résistance belge durant la 2e guerre mondiale.
N.B. Par souci de discrétion, aucun nom n'a été cité sauf celui d'une personne notoirement rexiste.

€ 300 / 400

Bid Live bidding
Please log in to bid
create an account here .
Log in